Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

land art

  • Écrin de lignes

    La croix de chemin est un marqueur territorial par excellence. Elle a tenu au cours des siècles une place historique et artistique très importante puisqu’elle a participé intimement au rythme de vie des communes et des individus. De plus, une croix encadrée d’arbres symétriques est un espace scénique et symbolique à forte potentialité. Un espace pouvant notamment accueillir une installation en résonance avec le territoire.

    Pluie de lumière sur le calvaire de Jumel. Installation dans le cadre des journées européennes du patrimoine dans Le Val de Noye - 26 et 27 septembre 2015

    Pluie de lumière sur le calvaire de Jumel. Installation dans le cadre des journées européennes du patrimoine dans Le Val de Noye - 26 et 27 septembre 2015.

     

    Il pleut lumière Jumel, aujourd'hui 18:39 #LandArt #Picardie

    Posted by Ridha Dhib on dimanche 27 septembre 2015

     

    • Parer une croix de chemin d’une texture légère et transparente.
    • Créer un réceptacle de lumière sous forme de champ de lignes.
    • Habiter les arbres et habiller la croix.
    • Souligner l’alliance du ciel et de la terre par un halo de matière transparente.
    • Faire résonner des textures, des lieux et des mémoires.
    • Se greffer temporairement et de façon pragmatique sur les matériaux disponibles.

     

    Pluie de lumière sur le calvaire de Jumel. Installation dans le cadre des journées européennes du patrimoine dans Le Val de Noye - 26 et 27 septembre 2015

    Un lieu de mémoire, repaire pour les âmes et repère pour les hommes.

     

    Pin it!
  • Piège a lumière

    L’Art est dans les bois : résidence de création du 15 au 19 juin 2015 à La Rochette, Pleslin Trigavou 22490

    installation,performance,land art,bois,sentier,bretagne,just,territoire,lumière,transparence,vide,léger

    Lire la suite

    Pin it!
  • Ma démarche c'est ma marche #devenirfleur

    « Le trajet se confond non seulement avec la subjectivité de ceux qui parcourent un milieu, mais avec la subjectivité du milieu lui-même en tant qu’il se réfléchit chez ceux qui le parcourent. La carte exprime l’identité du parcours et du parcouru. Elle se confond avec son objet, quand l’objet lui-même est mouvement. » 

    Gilles Deleuze, Critique et clinique, Paris, Les Éditions de Minuit, 1993, p.81

     

    fleur, carte, Paris, ligne, Ridha Dhib, performance,

     

     

    Pin it!
  • Embrasement matinal

    Le cœur demande une plume au laveur de carreaux rachitique #GénérateurdePhrases

    La suite c'est par ici

    Pin it!
  • Psychotopologie

    Si la TAZ est un campement nomade, alors le Web est le pourvoyeur des chants épiques, des généalogies et des légendes de la tribu; il a en mémoire les routes secrètes des caravanes et les chemins d'embuscade qui assurent la fluidité de l'économie tribale; il contient même certaines des routes à suivre et certains rêves qui seront vécus comme autant de signes et d'augures.

    Hakim Bey

    Tramage d'éléments

    Cimetière marin de Mahdia : Eccéité(s)


    Afficher Cimetière marin de Mahdia : Eccéité(s) sur une carte plus grande

    Pin it!
  • Cimetière marin de Mahdia : Eccéité(s)

    Depuis Google maps, semblable à un haut du ciel, les regards et les pensées de Ridha Dhib, Souad Mani et Sonia Makhlouf se sont croisés sur un point du globe, celui du cimetière marin de Mahdia.
    Ce monde des pierres, du silence, de l’entre vie et mort ne peut que saisir le créateur épidermiquement, viscéralement, non par l’esprit mais par le corps et la chair. Cet espace comme accroché au ciel,prêt à prendre le large, si solidement enraciné dans la terre incite le «navigateur» à en explorer sa morphologie spatiale et à saisir l’âme et la mémoire de ses vestiges et de ses tombes. 

     

    Performance de Ridha Dhib au Cimetière marin de Mahdia


    « Ici », dans « l’ailleurs » cybernétique nous avons fixé les dates de nos explorations : Les 11 12 et 13 Janvier 2012 nous avons arpenté l’espace du cimetière. Durant ces trois jours suspendus dans le temps nous sommes entrés en connexion avec ce monde si singulier ou les repères du temps, de l’espace, de la mort et de la vie sont abolis. 
    Notre passage au dur a généré des expérimentations, des couleurs, des lignes, des reflets, des éléments, des temps, des plateaux, des intensités et des devenirs. 
    Notre confrontation au cimetière a contribué à l’alimentation de sa cartographie . Vu de « haut » les cendres de nos essences sont désormais visibles, cet espace portera la trace de notre passage: nos ecceiétes.

    Sonia Makhlouf, Souad ManiRidha Dhib

     

    Pin it!