Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Pourquoi la ligne nomade n'est pas INTERESSANTE

     

    ligne,ridha dhib,forêts,abeilles,nomade,pistolet à colle,main,geste,lumière,membrane

    Elle n'a pas le temps de s'installer dans la sédentarité cotonneuse du : C'EST INTERESSANT, c'est beau, c'est bien, c'est mal.... Elle ne cesse de se fracasser dans le monde, de se déchirer, de se reprendre, de continuer et de fuir. Elle veut des vitesses et des bleus. C'EST INTERESSANT : c'est un propos de vieux et gros roi stérile qui végète à l'horizontale. La ligne nomade naît et joue ses vitesses sur la peau de la terre. Elle dit : "déshabille-toi et bégaye face à ce qui t'est donné. Lorsque tu bégayes, tu me donnes ta chair toute chaude, toute fraîche, toute nue, donc exploitable à souhait. Je me remplis de toi pour l'éternité." Elle dit : "tout ce qui est nécessairement est digne d'intérêt pour peu qu'il s'échappe de l'ombrelle." INTERESSANT : c'est une affaire de collectionneur et de fétichiste. C'est foutre le mouvement dans le formol. R.D.

    Pin it!
  • Dialogue de la ligne et des cieux

    medium_dialogue_de_la_ligne_8e925.jpg





    Mardi 21 mars 2006, 19h, ciel parisien criblé par la ligne picturale depuis le 7ème étage.
    Une ligne signée en état de survol est une ligne lavée et libérée de l'antériorité et de l'a priori. Elle se plie vie.
    Toujours réduire le frottement.

    Pin it!
  • Sur le balcon de France

    Peinture errante : flânerie picturale sur les côtes bretonnes (Presqu'île du Crozon). Tentative de contact et/ou dialogue de la peinture et des éléments. Questionner les lois de la nature sur l'hétérogène - nature et/ou culture ? 

    Lire la suite

    Pin it!
  • Sur la souveraineté de la ligne nomade

    "Les solides gardent la mémoire de toutes les catastrophes qu'ils ont subies." R. Thom, Prédire n'est pas expliquer. En passant de l'état liquide à celui de solide, la ligne mémorise et fixe son propre temps, c'est-à-dire sa catastrophe. Elle tend à gagner son autonomie à l'état liquide pour enfin conquérir sa souveraineté à l'état solide. Elle s'identifie à sa propre signature. R. D.

    ligne, matière, colle, pistolet à colle, pli, vie, spirale, noir, ligne noire, trace, mouvement, main,

    Pin it!
  • Topographie d'une peinture

    medium_topographie_d_une_peinture.jpg


    "N'est-ce pas la définition du percept en personne : rendre sensibles les forces insensibles qui peuplent le monde, et qui nous affectent, nous font devenir ?" G. Deleuze et F. Guattari, Qu'est-ce que la philosohpie ?
    Toujours chercher le centre de la terre pour mieux le fuir, ne pas le défier, mais jouer avec dans le mouvement, l'inclinaison et la vitesse.
    Ligne de fuite pour relier les sommets, ligne nomade pour épouser la topographie et ligne baroque englobante. R.D.

    Pin it!
  • La ligne dit :

    medium_trou_pas_si_noir_que_8bd45.jpg

    Trou pas si noir que ça : vitesse Peinture : plus que un et moins que trois dimensions mars 2006 La ligne dit : "Je suis ce que j'enveloppe, je suis ce qu'il y a, plus mes vitesses, je suis mutante, polymorphe, je m'actualise dans le mouvement, je me réalise dans l'étendue, je suis matière gorgée de vide. Je fuis l'agrégat, le poids, la préciosité et le fétichisme de l'antériorité. Je négocie avec le vide qui est rempli de notre propre devenir. J'épouse la topographie de ce qui m'est donné, puis je raccorde les sommets, toujours de proche en proche. Je suis plus que un et moins que trois, jamais deux ! Je suis entre ciel et terre. " R.D.

    Pin it!
  • Sur l'immanence

    medium_etoile_de_mer_point_8ad22.2.jpg


    "Peut-être que [le] théâtre des temps et des êtres ambigus flotte vers une frontière ultime, celle où l'immanence revendiquée relève aujourd'hui d'un athéisme pictural nécessaire. Car seules les énergies échappent à la logique dogmatique de l'Un-tout (...)". C. Buci-Glucksmann. Au-delà de la mélancolie.

    Pin it!
  • Les « petites perceptions » : exemple du bruit de la mer

    Pour entendre ce bruit, comme l'on fait, il faut bien qu'on entende les parties qui composent ce tout, c'est-à-dire le bruit de chaque vague, quoique chacun de ces petits bruits ne se fasse connaître que dans l'assemblage confus de tous les autres ensemble, et qu'il ne se remarquerait pas si cette vague qui le fait était seule. Car il faut qu'on soit affecté un peu par le mouvement de cette vague et qu'on ait quelque perception de chacun de ces bruits, quelque petits qu'ils soient ; autrement on n'aurait pas celle de cent mille vagues, puisque cent mille riens ne sauraient faire quelque chose. D'ailleurs on ne dort jamais si profondément qu'on n'ait quelque sentiment faible et confus ; et on ne serait jamais éveillé par le plus grand bruit du monde, si on n'avait quelque perception de son commencement, qui est petit ; comme on ne romprait jamais une corde par le plus grand effort du monde, si elle n'était pas tendue et allongée un peu par de moindres efforts, quoique cette petit extension qu'ils font ne paraisse jamais.
    Ces petites perceptions sont donc de plus grande efficacité qu'on ne pense. Ce sont elles qui forment ce je ne sais quoi, ces goûts, ces images des qualités des sens, claires dans l'assemblage, mais confuses dans les parties ; ces impressions que les corps qui nous environnent font sur nous et qui enveloppent l'infini ; cette liaison que chaque être a avec tout le reste de l'univers. On peut même dire qu'en conséquence de ces petites perceptions le présent est plein de l'avenir et chargé du passé.
    Leibniz, Nouveaux Essais. Avant-propos (1704).

    Pin it!
  • Suite sur le vide qui n'est pas rien

    "Je ne suis rien
    Je ne serai jamais rien
    Je ne peux vouloir être rien
    Cela dit je porte en moi tous les rêves du monde."
    F. Pessoa

    Pin it!
  • Toujours à propos du vide

    "Car c'est dans le divers même que "s'exalte l'existence". Le divers est donc une force, une énergie, proche de la pensée chinoise et japonaise, où le processus prime sur l'être, et où le vide conditionne le jeu des mille formes et êtres jusqu'à l'impalpable." C. Buci-Glucksmann - Au-délà de la mélancolie.

    Pin it!